Aller au contenu

Peafowl

Télécharger fichier STL gratuit Peafowl • Objet imprimable en 3D, Boris3dStudioTélécharger fichier STL gratuit Peafowl • Objet imprimable en 3D, Boris3dStudioTélécharger fichier STL gratuit Peafowl • Objet imprimable en 3D, Boris3dStudio

Vous avez imprimé en 3D ce modèle ?

Description du modèle 3D

"Peacock" redirige ici. Pour d'autres utilisations, voir "Paon" (désambiguïsation).

Peafowl

Portée temporelle : 3-0 Ma

PreЄЄOSDCPTJKPgN

Fin du Pliocène - récent

Plumage de paon.jpg

Le paon indien montre son train

Classification scientifique

Royaume : Animalia

Phylum : Chordata

Classe : Aves

Ordre : Galliformes

Famille : Phasianidae

Sous-famille : Phasianinae

Espèces

Pavo cristatus

Pavo muticus

Afropavo congensis

Peafowl est le nom commun de trois espèces d'oiseaux des genres Pavo et Afropavo de la famille des Phasianidae, les faisans et leurs alliés. Les paons mâles sont appelés paons, et les paons femelles sont appelés paons, bien que les paons des deux sexes soient souvent appelés familièrement "paons"[1]. Les deux espèces asiatiques sont le paon bleu ou indien originaire du sous-continent indien, et le paon vert d'Asie du Sud-Est ; la seule espèce africaine est le paon du Congo, originaire uniquement du bassin du Congo. Le paon mâle est connu pour ses cris perçants et son plumage extravagant. Ce dernier est particulièrement important chez les espèces asiatiques, qui ont une "queue" ou un "train" de plumes cachées, qu'elles exhibent dans le cadre d'un rituel de parade nuptiale.

Les fonctions de la coloration irisée élaborée et de la grande "traîne" de paons ont fait l'objet d'un vaste débat scientifique. Charles Darwin a suggéré qu'ils servaient à attirer les femelles, et que les traits voyants des mâles avaient évolué par sélection sexuelle. Plus récemment, Amotz Zahavi a proposé dans sa théorie du handicap que ces caractéristiques agissent comme des signaux honnêtes de la condition physique des mâles, puisque les mâles moins en forme seraient désavantagés par la difficulté de survivre avec des structures aussi grandes et aussi voyantes.

Contenu

1 Plumage

1.1 Variations des couleurs et des motifs

1.2 Iridescence

1.3 Évolution et sélection sexuelle

1.3.1 Le choix des femmes

1.3.2 Théorie de la courtoisie alimentaire

1.3.3 Sélection naturelle

1.3.4 Les couleurs du plumage comme attractifs

1.3.5 Hypothèse du signal redondant

1.3.6 Vocalisation

2 Comportement

3 Régime alimentaire

4 Importance culturelle

4.1 Le peafowl indien

4.2 Ailleurs

5 Représentations dans la culture

6 Gastronomie

7 Références

8 Liens externes

Plumage

Oeufs de paon

Pseudo-pêcheur

Tête d'un paon mâle adulte

Un paon indien leucistique

Fichier:Biomécanique-de-la-Peacock.0152759.s002.ogv

Analyse vidéo des mécanismes qui se cachent derrière l'écran

Le paon par derrière

Le paon indien a un plumage bleu et vert iridescent, principalement bleu et vert métallique, mais le paon vert a des plumes corporelles vertes et bronzées. Dans les deux espèces, les femelles sont aussi grandes que les mâles, mais n'ont pas de traîne ni d'ornement de tête [2]. La "queue" du paon, appelée "traîne", n'est pas constituée de plumes de plume de queue, mais de couvertures supérieures de queue très allongées. Ces plumes sont marquées d'un point d'observation, que l'on voit mieux lorsque le paon se met à éventer sa queue. Les deux sexes de toutes les espèces ont une crête au sommet de la tête. Le plumage du paon indien est un mélange de gris terne, de brun et de vert. La femelle affiche également son plumage pour éviter la compétition féminine ou signaler un danger pour ses petits.

Le paon vert se distingue du paon indien par le fait que le mâle a un plumage vert et doré et des ailes noires avec un reflet bleu. Contrairement au paon indien, le paon vert est similaire au mâle, mais sa queue est plus courte, son cou est plus cuivré et son iriscence est globalement moindre.

Le mâle paon du Congo ne montre pas ses plumes cachées, mais utilise ses vraies plumes de queue lors de ses parades nuptiales. Ces plumes sont beaucoup plus courtes que celles des espèces indiennes et vertes, et les ocelles sont beaucoup moins prononcés. Les femelles des espèces indiennes et africaines sont gris terne et/ou brunes.

Les poussins des deux sexes de toutes les espèces ont des couleurs cryptiques. Ils varient entre le jaune et le fauve, généralement avec des taches de brun plus foncé ou de bronzage clair et de "blanc sale" ivoire.

Variations des couleurs et des motifs

Les hybrides entre le paon indien et le paon vert sont appelés Spaldings, d'après la première personne qui a réussi à les hybrider, Mme Keith Spalding. Contrairement à de nombreux hybrides, les Spaldings sont fertiles et bénéficient généralement de la vigueur des hybrides. Les Spaldings au phénotype vert se comportent beaucoup mieux par temps froid que les Peafowl verts, qui sont intolérants au froid, tout en ressemblant à leurs parents verts. Le plumage varie d'un animal à l'autre, certains ressemblant beaucoup plus au paon vert et d'autres beaucoup plus au paon bleu, bien que la plupart d'entre eux portent visuellement les traits des deux espèces.

En plus de la coloration "bleue" de type sauvage, plusieurs centaines de variations de couleur et de motif sont reconnues comme des morphologies distinctes du bleu indien chez les éleveurs de paon. Les variations de motifs comprennent l'aile unie/épaule noire (les bandes noires et brunes sur l'aile sont plutôt d'une seule couleur), le pied, l'œil blanc (les ocelles dans les plumes des yeux d'un mâle ont des taches blanches au lieu de noires), et le pied argenté (un oiseau principalement blanc avec de petites taches de couleur). Les variations de couleurs comprennent le blanc, le violet, le bronze Buford, l'opale, le minuit, le charbon, le jade et le taupe, ainsi que les couleurs liées au sexe : violet, camée, pêche et Violeta de Sonja. D'autres variations de couleurs et de motifs sont d'abord approuvées par l'United Peafowl Association pour être officiellement reconnues comme une morphologie parmi les éleveurs. Les paons de couleur alternative naissent de couleurs différentes de celles des paons de type sauvage, et bien que chaque couleur soit reconnaissable à l'éclosion, leur plumage pêche ne correspond pas nécessairement à leur plumage adulte.

De temps en temps, les paons apparaissent avec un plumage blanc. Bien qu'il existe des paons albinos, [citation nécessaire] cela est assez rare, et presque tous les paons blancs ne sont pas albinos ; ils ont une condition génétique appelée leucisme, qui fait que les cellules pigmentaires ne parviennent pas à migrer de la crête neurale pendant le développement. Les paons leucistiques peuvent produire du pigment mais ne peuvent pas le déposer sur leurs plumes. Il en résulte une absence totale de coloration de leur plumage et une couleur bleu-gris de leurs yeux. Le paon est atteint de leucisme partiel, où seules quelques cellules pigmentaires ne parviennent pas à migrer, ce qui fait que les oiseaux ont des couleurs mais aussi des taches sans aucune couleur ; eux aussi ont les yeux bleu-gris. En revanche, le véritable paon albinos serait totalement dépourvu de mélanine, ce qui se traduirait par des iris rouges ou roses. Les peachicks leucistiques naissent jaunes et deviennent entièrement blancs à mesure qu'ils grandissent.

Iridescence

Informations complémentaires : Iridescence et coloration structurelle

Comme chez de nombreux oiseaux, les couleurs vives du plumage irisé ne sont pas principalement des pigments, mais une coloration structurelle. Les couleurs du paon sont produites par les réflexions de Bragg, basées sur des nanostructures régulières et périodiques des barbules (composants semblables à des fibres) des plumes. De légères modifications de l'espacement de ces barbules donnent des couleurs différentes. Les plumes brunes sont un mélange de rouge et de bleu : une couleur est créée par la structure périodique et l'autre est créée par un pic d'interférence Fabry-Pérot à partir des réflexions des limites extérieures et intérieures. Une telle coloration structurelle provoque l'irisation des teintes du paon. Les effets d'interférence dépendent de l'angle de la lumière plutôt que des pigments réels [3].

Évolution et sélection sexuelle

Charles Darwin a suggéré dans On the Origin of Species que le plumage du paon avait évolué grâce à la sélection sexuelle. Il s'est étendu sur ce point dans son deuxième livre, The Descent of Man and Selection in Relation to Sex.

La lutte sexuelle est de deux sortes ; dans l'une, elle se déroule entre des individus du même sexe, généralement les hommes, afin de chasser ou de tuer leurs rivaux, les femmes restant passives ; dans l'autre, la lutte se déroule également entre les individus du même sexe, afin d'exciter ou de charmer ceux du sexe opposé, généralement les femmes, qui ne restent plus passives, mais choisissent les partenaires les plus agréables [4].

La sélection sexuelle est la capacité des organismes mâles et femelles à exercer des forces sélectives l'un sur l'autre en ce qui concerne l'activité d'accouplement [5]. Le plus puissant facteur de sélection sexuelle est la taille des gamètes. En général, les ovules sont plus gros que les spermatozoïdes, et les femelles produisent moins de gamètes que les mâles. Les œufs représentent donc un investissement plus important, et les femelles sont donc plus exigeantes quant aux caractéristiques qui seront transmises à leur progéniture par les mâles. Le succès reproductif de la paonne et la probabilité de survie de ses poussins dépendent en partie du génotype de l'accouplement [6]. Les femelles ont généralement plus à perdre en s'accouplant avec un mâle inférieur, car ses gamètes sont plus coûteux que ceux du mâle.

Le choix des femmes

Paon (vu de derrière) s'affichant pour attirer les paons au premier plan

De multiples hypothèses tentent d'expliquer l'évolution du choix féminin. Certaines d'entre elles suggèrent des avantages directs pour les femelles, tels que la protection, l'abri ou les cadeaux nuptiaux qui influencent le choix de la femelle en matière d'accouplement. Une autre hypothèse est que les femelles choisissent des compagnons ayant de bons gènes. Les mâles ayant des caractéristiques sexuelles secondaires plus exagérées, comme des traînes de paon plus grandes et plus brillantes, ont tendance à avoir de meilleurs gènes dans les yeux du paon [7]. Ces meilleurs gènes bénéficient directement à sa progéniture, ainsi qu'à sa forme physique et à son succès reproductif. La sélection des fugueurs vise également à clarifier l'évolution de la traîne du paon. Dans la sélection sexuelle des fugueurs, les gènes liés chez les mâles et les femelles codent pour des traits sexuellement dimorphiques chez les mâles, et la préférence pour ces traits chez les femelles [8]. L'association spatiale étroite des allèles pour les loci impliqués dans le train chez les mâles, et pour la préférence pour des trains plus exubérants chez les femelles, sur le chromosome (déséquilibre de liaison) provoque une boucle de rétroaction positive qui exagère à la fois les traits masculins et les préférences féminines. Une autre hypothèse est le biais sensoriel, dans lequel les femelles ont une préférence pour un trait dans un contexte de non accouplement qui est transféré à l'accouplement. Une causalité multiple pour l'évolution du choix féminin est également possible.

Les travaux concernant le comportement des femelles chez de nombreuses espèces animales ont cherché à confirmer l'idée fondamentale de Darwin selon laquelle la préférence des femelles pour les mâles présentant certaines caractéristiques constitue une force majeure dans l'évolution des espèces [9]. Il a souvent été démontré que les femelles distinguent de petites différences entre les compagnons potentiels et qu'elles préfèrent s'accoupler avec les individus présentant les caractères les plus exagérés [10]. Dans certains cas, ces mâles se sont révélés plus sains et plus vigoureux, ce qui suggère que les ornements servent de marqueurs indiquant les capacités de survie des mâles, et donc leurs qualités génétiques.

La traîne du paon et son plumage irisé sont peut-être l'exemple le plus connu des traits que l'on pense être issus de la sélection sexuelle, bien qu'ils fassent l'objet d'une certaine controverse [11] Les paons mâles dressent leur traîne pour former un éventail chatoyant dans leur présentation aux femelles. Marion Petrie a testé si ces étalages signalaient ou non la qualité génétique d'un mâle en étudiant une population sauvage de paons dans le parc animalier de Whipsnade, dans le sud de l'Angleterre. Le nombre de points de vue dans le train permettait de prédire le succès de l'accouplement d'un mâle. Elle a pu manipuler ce succès en coupant les points d'observation de la queue de certains des mâles [12] : les femelles se sont désintéressées des mâles taillés et ont été attirées par les mâles non taillés. Les mâles ayant moins de points de vue, et donc moins de succès d'accouplement, ont souffert d'une prédation plus importante [13]. Elle a permis aux femelles de s'accoupler avec des mâles ayant un nombre différent de points de vue, et a élevé la progéniture dans un incubateur commun pour contrôler les différences de soins maternels. Les poussins engendrés par des mâles plus ornementés pesaient plus que ceux engendrés par des mâles moins ornementés, un attribut généralement associé à un meilleur taux de survie chez les oiseaux. Ces poussins ont été relâchés dans le parc et recapturés un an plus tard. Ceux dont les plumes étaient fortement ornées étaient mieux à même d'éviter les prédateurs et de survivre dans des conditions naturelles [9]. Ainsi, les travaux de Petrie ont montré des corrélations entre l'ornementation de la queue, le succès de l'accouplement et une capacité de survie accrue tant chez les mâles ornementés que chez leur progéniture.

Un paon en vol : Zahavi a fait valoir que le long train serait un handicap.

En outre, le paon et ses caractéristiques sexuelles ont été utilisés dans la discussion sur les causes des traits sexuels. Amotz Zahavi a utilisé les panaches de queue excessifs des paons mâles comme preuve de son "principe de handicap"[14]. Comme ces trains sont susceptibles de nuire à la survie d'un individu (car leur brillance les rend plus visibles aux prédateurs et leur longueur les empêche d'échapper au danger), Zahavi a soutenu que seuls les mâles les plus aptes pouvaient survivre au handicap d'un grand train. Ainsi, un train brillant sert d'indicateur honnête pour les femelles que ces mâles très ornementés sont bons à survivre pour d'autres raisons, tout comme les compagnons préférables [15]. Cette théorie peut être mise en contraste avec celle de Ronald Fisher (et l'hypothèse de Darwin) selon laquelle les traits sexuels masculins sont le résultat d'une sélection esthétique initialement arbitraire des femelles.

Contrairement aux conclusions de M. Petrie, une étude japonaise de sept ans sur les oiseaux sourds en liberté a conclu que les oiseaux sourds femelles ne choisissent pas leurs compagnons uniquement sur la base de leurs trains. Mariko Takahashi n'a trouvé aucune preuve que les paons préféraient les paons avec des trains plus élaborés (comme avec plus de points de vue), une disposition plus symétrique ou une plus grande longueur [16]. Takahashi a déterminé que le train du paon n'était pas la cible universelle du choix de la femelle, qu'il y avait peu de variation entre les populations mâles et qu'il n'y avait pas de corrélation avec l'état physiologique des mâles. Adeline Loyau et ses collègues ont répondu que des explications alternatives et peut-être centrales pour ces résultats avaient été négligées [17]. Ils ont conclu que le choix de la femelle pouvait en effet varier en fonction des différentes conditions écologiques.

La théorie de la courtoisie alimentaire

Selon la théorie de la cour alimentaire de Merle Jacobs, les paons sont attirés par les paons en raison de la ressemblance de leurs taches oculaires avec les baies bleues [18].

Sélection naturelle

Il a été suggéré que la traîne du paon, le cri fort et le comportement intrépide ont été formés par la sélection naturelle (et non par la sélection sexuelle) et ont servi d'étalage aposématique pour intimider les prédateurs et les rivaux [19].

Les couleurs du plumage comme attractifs

Point de vue sur la plume d'un paon

Le taux de réussite de la copulation d'un paon dépend de la couleur de ses ocelles et de l'angle sous lequel ils sont exposés. L'angle sous lequel les ocelles sont exposés pendant la parade nuptiale est plus important pour le choix des mâles que la taille du train ou le nombre d'ocelles [20]. Les paons sont très attentifs aux différentes parties du train du paon pendant son exposition. Le train inférieur est généralement évalué lors de la parade nuptiale rapprochée, tandis que le train supérieur est plutôt un signal d'attraction à longue distance. Des actions telles que le cliquetis du train et le tremblement des ailes ont également retenu l'attention des paons [21].

Hypothèse du signal redondant

Bien qu'un étalage complexe attire l'attention d'un paon, l'hypothèse du signal redondant joue également un rôle crucial pour maintenir cette attention sur l'étalage du paon. L'hypothèse du signal redondant explique que si chaque signal que projette un mâle est à peu près de la même qualité, l'ajout de plusieurs signaux renforce la fiabilité de cette femelle. Cette idée suggère également que le succès de la signalisation multiple n'est pas seulement dû à la répétitivité du signal, mais aussi à la multiplicité des récepteurs du signal. Chez l'espèce des paons, les mâles se rassemblent en commun pendant la saison de reproduction et les paons observent. Les paons défendent d'abord leur territoire par un comportement intrasexuel, en défendant leurs zones contre les intrus. Ils se battent pour les zones de la congrégation afin d'afficher un front fort pour les paons. Les positions centrales sont généralement occupées par des mâles dominants plus âgés, ce qui influence le succès de l'accouplement. Certains traits morphologiques et comportementaux entrent en jeu lors de la sélection inter et intrasexuelle, notamment la longueur du train pour l'acquisition du territoire et les affichages visuels et vocaux impliqués dans le choix de l'accouplement par les paons [22].

Vocalisation

Vocalisation de Pavo cristatus

MENU0:00

Des problèmes pour jouer ce fichier ? Voir l'aide sur les médias.

Dans les parades nuptiales, la vocalisation est le principal moyen pour les paons d'attirer les prédateurs. Certaines études suggèrent que la complexité du "chant" produit par l'exposition des paons s'est avérée impressionnante pour les paons. Le chant des paons se produit généralement juste avant, juste après ou parfois pendant la copulation [23].

Comportement

Un paon vert (Pavo muticus)

Le paon est assis.

Les paons sont des oiseaux forestiers qui nichent au sol, mais se perchent dans les arbres. Ils se nourrissent sur terre. On pense que toutes les espèces de paon sont polygames. Comme les autres membres des Galliformes, les mâles possèdent des éperons métatarsiens ou "épines" sur leurs pattes, utilisés lors de combats territoriaux intraspécifiques avec d'autres membres de leur espèce.

Régime alimentaire

Les paons sont omnivores et se nourrissent principalement de plantes, de pétales de fleurs, de têtes de graines, d'insectes et autres arthropodes, de reptiles et d'amphibiens. Le paon sauvage cherche sa nourriture en grattant dans la litière de feuilles, soit tôt le matin, soit au crépuscule. Ils se retirent à l'ombre et en sécurité dans les bois pendant la partie la plus chaude de la journée. Ces oiseaux ne sont pas difficiles et mangeront presque tout ce qu'ils peuvent mettre dans leur bec et digérer. Ils chassent activement les insectes comme les fourmis, les grillons et les termites, les mille-pattes et autres arthropodes et petits mammifères [24]. Le paon indien mange aussi de petits serpents [25].

Le paon domestique peut aussi manger du pain et des céréales concassées comme l'avoine et le maïs, du fromage, du riz cuit et parfois de la nourriture pour chats. Les gardiens ont remarqué que le paon apprécie les aliments riches en protéines, notamment les larves qui infestent les greniers, différentes sortes de viande et de fruits, ainsi que les légumes, notamment les légumes à feuilles vertes foncées, le brocoli, les carottes, les haricots, les betteraves et les pois [26].

Importance culturelle

Un paon dans un flacon, "représentant l'étape du processus alchimique où la substance se décompose en de nombreuses couleurs", [27] tiré du Splendor Solis (1582)

Le paon indien

Le peafowl est originaire de l'Inde, tout en ayant une signification dans sa culture. Dans l'hindouisme, le paon indien est la monture du Dieu de la guerre, le seigneur Kartikeya, la déesse guerrière Kaumari, et est également représenté autour de la déesse Santoshi [28]. Pendant une guerre avec Asuras, Karthikeya a coupé en deux le roi démon Surapadman. Par respect pour les prouesses de son adversaire au combat, le Dieu a converti les deux moitiés en une partie intégrante de lui-même. Une moitié est devenue un paon lui servant de monture, et l'autre un coq ornant son drapeau. Le paon affiche la forme divine de l'Omkara lorsqu'il déploie ses magnifiques panaches en une forme circulaire à part entière [29]. Des plumes de paon ornent également le cimier du Seigneur Krishna, un avatar du Seigneur Vishnu, l'un des trimurti.

Chandragupta Maurya, le fondateur de l'empire Mauryan, est né orphelin et a été élevé par une famille de paons agriculteurs. Lorsqu'il a fondé son empire avec l'aide de Chanakya, Chandragupta a donné à celui-ci le nom de Maurya (मौर्य), qui se traduit par "paon- ness". Après avoir conquis l'empire Nanda et vaincu l'empire Séleucide, Chandragupta a établi la puissance incontestée de son temps. Son emblème royal est resté le paon jusqu'à ce que l'empereur Ashoka le change en Lions, comme on peut le voir dans la capitale du Lion d'Ashoka, ainsi que dans ses édits. L'importance du paon en termes d'élégance et de royauté s'est maintenue en Inde à l'époque médiévale, puisque c'était le siège du pouvoir moghol appelé le Trône du Paon.

Le paon est représenté dans les zodiaques birman et cingalais. Pour le peuple cinghalais, le paon est le troisième animal du zodiaque du Sri Lanka [30].

On croyait que les paons (souvent symbole de fierté et de vanité) consommaient délibérément des substances toxiques pour s'immuniser contre elles, et pour rendre les couleurs de leur plumage resplendissant d'autant plus éclatantes - vu que tant de flore et de faune vénéneuses sont si colorées en raison de l'aposématisme, cette idée semble avoir du mérite. La divinité bouddhiste Mahamayuri est représentée assise sur un paon. Les paons soutiennent le trône d'Amitabha, l'archétype du Bouddha de la Lumière Infinie coloré en rouge rubis au coucher du soleil.

L'Inde a adopté le paon comme oiseau national en 1963 et il est l'un des symboles nationaux de l'Inde [31].

Ailleurs

En Perse et en Babylonie, le paon est considéré comme un gardien de la royauté et est souvent gravé sur les trônes royaux. Néanmoins, l'utilisation du paon comme symbole de la royauté a un pedigree ancien et distingué en Inde également.

Pierre du complexe de l'église de Mingachevir

Melek Taus (en arabe : طاووس طاووس ; en persan : ملک طاووس ; en kurde : Tawûsê Melek), "l'ange paon", est le nom yazidi de la figure centrale de leur foi. Les Yazidis considèrent Tawûsê Melek comme une émanation de Dieu et un ange bienveillant qui s'est racheté de sa chute et est devenu un démiurge qui a créé le cosmos à partir de l'œuf cosmique. Après s'être repenti, il a pleuré pendant 7 000 ans, ses larmes remplissant sept jarres, qui ont ensuite éteint les feux de l'enfer. Dans l'art et la sculpture, Tawûsê Melek est représenté comme un paon [32].

Les anciens Grecs croyaient que la chair du paon ne se décomposait pas après la mort, c'est pourquoi il est devenu un symbole d'immortalité. Dans l'imagerie hellénistique, le char de la déesse grecque Héra était tiré par des paons, des oiseaux inconnus des Grecs avant les conquêtes d'Alexandre. Le précepteur d'Alexandre, Aristote, l'appelle "l'oiseau persan". Alexandre était si émerveillé par leur beauté, lorsqu'il a vu les oiseaux en Inde, qu'il a menacé d'infliger les peines les plus sévères à tout homme qui en tuerait un [33] Claudius Aelianus écrit qu'il y avait des paons en Inde, plus grands que partout ailleurs [34]

Un mythe raconte que le serviteur d'Héra, l'Argus Panoptes aux cent yeux, a reçu l'ordre de garder la femme devenue vache, Io. Héra avait transformé Io en vache après avoir appris que Zeus s'intéressait à elle. Zeus avait demandé au messager des dieux, Hermès, de tuer Argus dans un sommeil éternel et de libérer Io. Selon Ovide, pour commémorer son fidèle gardien, Héra fit conserver à jamais les cent yeux d'Argus, dans la queue du paon [35].

Rondelle avec un dragon à cinq griffes, Chine de la dynastie Qing, fin du XVIIe siècle. Des barbules individuelles en plumes de paon étaient placées, parmi des fils de soie et de métal, pour mettre en valeur les écailles du dragon. Musée Met, NYC

Le symbolisme a été adopté par le christianisme primitif, c'est pourquoi de nombreuses peintures et mosaïques chrétiennes anciennes montrent le paon. Le paon est encore utilisé à Pâques, surtout en Orient [36]. Les "yeux" des plumes de la queue du paon symbolisent le Dieu chrétien qui voit tout et - selon certaines interprétations - l'Église. Un paon buvant dans un vase est utilisé comme symbole d'un croyant chrétien buvant aux eaux de la vie éternelle. Le paon peut également symboliser le cosmos si l'on interprète sa queue avec ses nombreux "yeux" comme la voûte céleste parsemée de soleil, de lune et d'étoiles. Par l'adoption chrétienne de l'ancien symbolisme persan et babylonien, dans lequel le paon était associé au paradis et à l'arbre de vie, l'oiseau est de nouveau associé à l'immortalité. Dans l'iconographie chrétienne, le paon est souvent représenté à côté de l'arbre de vie [37].

Chez les Juifs ashkénazes, le paon doré est un symbole de joie et de créativité, les piquants des plumes de l'oiseau étant une métaphore de l'inspiration d'un écrivain [38].

Le motif du paon a été repris dans l'iconographie de la Renaissance qui a unifié Héra et Junon, et sur laquelle se sont concentrés les peintres européens [39].

En 1956, John J. Graham a créé une abstraction d'un logo de paon à 11 plumes pour le diffuseur américain NBC. Ce paon aux couleurs vives a été adopté en raison de l'augmentation de la programmation en couleur. Les premières émissions en couleur de NBC ne montraient qu'une image fixe du paon coloré. L'emblème a fait sa première apparition à l'antenne le 22 mai 1956 [40]. Le logo actuel, à six plumes, a fait ses débuts le 12 mai 1986.

Un groupe de paons est appelé "ostentation" ou "rassemblement"[41].

Représentations dans la culture

Le seigneur Kartikeya et ses femmes sur sa monture de paon

"Paon" de Merab Abramichvili

Dans le tableau de 1486, Annonciation à Saint-Émidius de Carlo Crivelli, un paon est assis sur le toit au-dessus de la Vierge Marie en prière.

Peinture de l'Abbott Thayer et de Richard Meryman pour le livre de Thayer de 1909, suggérant à tort que le plumage du paon était un camouflage

Pintade commune, John Gould, vers 1880 Musée de Brooklyn

Bol syrien avec motif de paon, vers 1200 Musée de Brooklyn

Sculpture de paon au complexe du temple Golingeshwara à Biccavole, Inde

Gastronomie

Un paon servi en plein plumage (détail de l'allégorie du goût, de l'ouïe et du toucher de Jan Brueghel l'Ancien, 1618)

Au cours de la période médiévale, divers types de volailles étaient consommés comme aliments, les populations les plus pauvres (comme les serfs) consommant des oiseaux plus communs, comme le poulet. Cependant, les nobles les plus riches avaient le privilège de manger des aliments moins courants, comme le cygne, et même le paon était consommé. Sur la table d'un roi, un paon était autant destiné à l'étalage ostentatoire qu'à la consommation culinaire [42].

D'après le livre de cuisine anglais et australien de 1864 concernant les occasions et la préparation de l'oiseau :

Au lieu de plumer cet oiseau, enlevez la peau avec le plus grand soin, afin que les plumes ne se détachent pas ou ne se cassent pas. Farcissez-le avec ce que vous aimez, comme des truffes, des champignons, des foies de volaille, du lard, du sel, des épices, du thym, des miettes de pain et une feuille de laurier. Enveloppez les pinces et la tête dans plusieurs plis de tissu, et enveloppez le corps dans du papier beurré. La tête et les pinces, qui dépassent aux deux extrémités, doivent être arrosées d'eau pendant la cuisson, pour les préserver, et surtout la touffe. Avant de l'enlever de la broche, faites dorer l'oiseau en retirant le papier. Garnir avec du citron et des fleurs. Si l'oiseau doit être mis sur la table froide, placez-le dans une tranchée en bois, au milieu de laquelle est fixée une brochette en bois qui doit pénétrer le corps de l'oiseau, pour le maintenir droit. Disposez les griffes et les plumes de manière naturelle, et la queue en éventail, soutenue par du fil de fer. Aucun cuisinier ordinaire ne peut placer correctement un paon sur la table. Cette cérémonie était réservée, à l'époque de la chevalerie, à la dame la plus distinguée pour sa beauté. Elle le portait, au milieu d'une musique inspirante, et le plaçait, au début du banquet, devant le maître de maison. Lors d'un festin nuptial, le paon était servi par la demoiselle d'honneur, et placé devant la mariée pour qu'elle le consomme [43].

  • Format du fichier 3D : STL
  • Taille du modèle 3D : X 130 × Y 100 × Z 280 mm

Mots-clefs

Créateur

License

CC BY

Page traduite par traduction automatique. Voir la version originale.


Meilleures ventes de la catégorie Jeu


Ajouter un commentaire


Vous souhaitez soutenir Cults ?

Vous aimez Cults et vous avez envie de nous aider à continuer l’aventure en toute indépendance ? Sachez que nous sommes une petite équipe de 3 personnes et qu’il est donc très simple de nous soutenir pour maintenir l’activité et créer les futurs développements. Voici 4 solutions accessibles à tous :

  • PUBLICITÉ : Désactivez votre bloqueur de publicité AdBlock et cliquez sur nos bannières publicitaires.

  • AFFILIATION : Réalisez vos achats en ligne en cliquant sur nos liens affiliés ici Amazon, Gearbest ou [Aliexpress](http://s.click.aliexpress.com/e/c60Lvuqk.

  • DON : Si vous voulez, vous avez la possibilité de nous faire un don via PayPal ici.

  • BOUCHE À OREILLE : Invitez vos amis à venir découvrir le site et les magnifiques fichiers 3D partagés par la communauté !