Aller au contenu

Les différents formats de fichiers pour impression 3D

Avec l'évolution du numérique, l'impression 3D est devenue beaucoup plus accessible aujourd'hui. Les particuliers et les professionnels peuvent disposer de leur propre matériel et réaliser divers modèles d'impressions. Il suffit de maitriser les notions essentielles, notamment en ce qui concerne les formats de fichiers adaptés. En effet, selon le domaine et pour des raisons historiques ou pratiques, on privilégiera certains formats de fichiers pour l'impression 3D. Nous vous présentons ici les formats les plus courants pour imprimer en 3D ainsi que leurs principales caractéristiques.

Les différents formats de fichiers 3D pour impression 3D

STL

STL est l'acronyme pour « Stéréolithographie », l'un des formats de fichiers d'impression 3D les plus anciens. Développé à la fin des années 1980, ce type de format demeure très utilisé aujourd'hui. Il décrit la géométrie de surface d'un objet en 3D sans représenter la couleur, la texture ou autre attribut. Le format STL a pour extension « .STL ». Ces fichiers sont générés par un programme de conception assistée par ordinateur (CAO). Pour éditer et réparer vos fichiers STL, vous pouvez utiliser des logiciels comme FreeCAD, Blender, MeshLab, MeshMixer, SketchUp, SculptGL et 3DSlash.

Le fichier STL va simplifier une surface 3D sous forme de « pavage », une série de petits triangles dont le nombre va augmenter quand il s'agit de représenter et recréer au mieux les surfaces courbe. Lorsqu'il faut utiliser un grand nombre de triangles, la taille du fichier au format STL d'un modèle 3D se trouve rapidement gonflée.

OBJ

Le format de fichier OBJ est aussi très populaire dans l'industrie de l'impression 3D. Son extension est « .OBJ ». Il présente l'avantage de coder aussi des informations de couleur et de texture, sauvegardées dans un fichier séparé portant l'extension « .MTL ». Les fichiers au format OBJ donnent la possibilité d'utiliser des faces non triangulaires, avec l'adjacence d'une face par rapport à l'autre. Ils peuvent être ouverts avec des logiciels tels que Autodesk Maya 2013, Blender et MeshLab.

3DS

Développé dans les années 90, 3DS est un format de fichier qui conserve uniquement les informations les plus élémentaires sur la géométrie, l'apparence, les scènes et les animations. Il permet ainsi de stocker les propriétés telles que la couleur, le matériau, la texture, la transmissivité, etc. Ayant pour extension « .3DS », ce format de fichier d'impression 3D a aussi l'avantage d'être lu par la plupart des logiciels existants sur le marché tels que 3dsMax, ABViewer, Blender, MeshLab, messiahStudio, Rain Swift 3D, SketchUp, TurboCAD, etc.

SLDPRT

Le fichier SLDPRT ou son extension .SLDPRT est un format d'image pour impression 3D utilisé par le logiciel de CAO SolidWorks. Il contient un objet 3D ou une « pièce » qui peut être combinée avec d'autres pièces au sein d'un seul fichier d'assemblage « .SLDASM ». Les fichiers SLDPRT sont généralement ouverts avec le logiciel SolidWorks. Mais il est possible de les afficher en utilisant SolidWorks eDrawings Viewer, Autodesk Fusion 360, Adobe Acrobat 3D, Acrobat Pro 9 ou une version ultérieure.

SCAD

Le format SCAD (extension .SCAD) est généré par le logiciel OpenSCAD, un programme de modélisation gratuit utilisé pour diverses conceptions 2D et 3D. Le fichier SCAD peut servir à la conception d'objets 3D avec une spécification de la géométrie de l'objet et des informations relatives au positionnement. Il s'ouvre uniquement avec OpenSCAD.

BLEND

Le format .BLEND est l'extension utilisée par les animations et projets en 3D qui ont été mis au point avec l'outil de modélisation 3D Blender. Ce type de fichier a la capacité de contenir plusieurs scènes ainsi que l'ensemble des éléments d'un projet que sont les objets, les textures, les données de maillage 3D et d'interaction en temps réel, les sons, les données d'éclairage, les images clés d'animation, la disposition de mappage et les paramètres d'interface. Précisons que seul le logiciel Blender peut traiter ce format de fichier 3D.

3MF

Le fichier 3MF (extension .3MF) est utilisé par différents programmes de conception pour l'enregistrement de modèle 3D destiné à l'impression. Ce format comprend le modèle, le matériau et les données sur les propriétés compressées avec la compression ZIP. Les fichiers 3MF assurent aussi le stockage de ticket d'impression, d'une image miniature et d'une ou plusieurs signatures numériques. Ils peuvent être ouverts par des programmes comme Microsoft 3D Builder, Microsoft Paint 3D, Dassault Systemes SolidWorks, Dassault Systemes CATIA, McNeel Rhino, PTC Creo et Ultimaker Cura.

GCODE

Le fichier portant l'extension .GCODE contient les commandes permettant de définir la façon dont une imprimante 3D doit réaliser une impression. Il stocke les instructions telles que la vitesse d'impression, la température de réglage et l'endroit où les éléments à imprimer doivent se déplacer. Ce format de fichier 3D est créé avec des programmes de découpage comme Simplify3D et Slic3r. La lecture quant à elle peut se faire avec Simplify3D, mais aussi Blaze3D, GCode Viewer et NC Viewer.

SKP

Le fichier .SKP est le format du modèle 3D créé par le logiciel SketchUp. Il prend en compte les wireframes, les textures, les nuances et les effets de bord. Ce type de fichier sert également à stocker des composants qui seront insérés dans votre document. Évidemment, il peut être ouvert par SketchUp, mais aussi avec les programmes tels que IMSI TurboCAD Pro ou Deluxe, Okino Computer Graphics PolyTrans, ACCA Edificius et Trimble 3D Warehouse.

FBX

FBX est un format de fichier d'impression 3D très populaire dans l'industrie du film et des jeux vidéo. Développé par Kaydara et racheté par AutoDesk, il prend en compte les propriétés liées à la géométrie et à l'apparence comme la couleur et la texture, mais aussi les animations squelettiques et les morphes. AutoDesk va utiliser un fichier FBX d'extension « .FBX » comme format d'échange de son portefeuille constitué des logiciels comme AutoCAD, Fusion 360, Maya, 3DS Max, etc.

D'autres types de fichiers ne sont pas exclusifs à la 3D mais sont régulièrement utilisés dans ce domaine.

RAR

Un fichier .RAR est une archive qui contient un ou plusieurs fichiers compressés. Le taux de compression de ce format est plus grand que la compression ZIP classique. Il est utilisé pour compresser les fichiers dans l'objectif de réduire leur taille afin d'en faciliter le transport et le stockage. Vous avez la possibilité d'extraire les fichiers d'une archive RAR avec différents programmes de décompression tels que RARLAB WinRAR, Corel WinZip ou B1 Free Archiver.

DWG

Les fichiers portant l'extension .DWG sont des bases de données de modèles 2D ou 3D créés avec AutoCAD. Ils se composent des informations d'images vectorielles et des métadonnées qui décrivent le contenu du fichier. De nombreux utilitaires permettent d'ouvrir ce format de fichier, notamment : Autodesk Auto CAD, Autodesk Inventor, Autodesk Design, Autodesk DWG, AutoDWG DWGSee, CADSoftTools ABViewer, Canvas X, Adobe Illustrator, Bricsys Bricscad, etc.

MTL

Utilisé par les programmes d'édition d'objets 3D comme Adobe Photoshop et Autodesk Maya, le format .MTL permet de stocker les paramètres de matériau. Ce fichier est stocké avec un autre au format .OBJ, et sert à décrire la façon dont les textures doivent être appliquées ainsi que les coordonnées 3D auxquelles les appliquer.

Articles similaires

Comment calibrer son imprimante 3D ?

Depuis leur invention, les imprimantes 3D se sont montrées bien plus efficaces dans l'impression de nombreux objets que les techniques de fabrication conventionnelles. Cependant, pour un fonctionnement optimal lors de l'impression de vos pièces 3D, leur calibration est essentielle. Cette procédure semble bien fastidieuse et longue pour de nombreux détenteurs d'imprimantes 3D. Pourtant, elle est bien plus simple qu'il n'y paraît pour peu que l'on maîtrise les bonnes astuces pour y parvenir. Cults3D vous présente les différentes étapes à suivre pour une calibration réussie de votre imprimante.

Lire la suite

Comment nettoyer le plateau d'une imprimante 3D ?

Le plateau est l'une des pièces les plus importantes d'une imprimante 3D. Pour des performances d'impression optimales, il doit être convenablement nettoyé après chaque séance d'impression. Des traces de filament viennent en effet s'y déposer au fil du temps. Si le nettoyage du plateau d'impression de l'imprimante 3D n'est pas a priori une tâche compliquée, elle peut vite le devenir si vous ne disposez pas d'une méthode efficace ou du produit nettoyant adapté. Comment s'y prendre alors pour nettoyer cette pièce essentielle de votre imprimante 3D ? Nous vous proposons de découvrir les méthodes les plus efficaces.

Lire la suite